• Michel Crepeau

    Michel Crepeau

    Élu conseiller général en 1967, Michel Crépeau porte les couleurs de la gauche aux législatives de 1968 : battu, il rassemble toutefois plus de 48 % des voix dans un scrutin que le contexte rend très difficile pour l’opposition. S’imposant sur la scène locale, il emporte la mairie de La Rochelle en 1971, puis la circonscription aux législatives de 1973. Il sera réélu député en 1978 et en 1981.
    Michel Crépeau va très vite prendre une série d’initiatives qui vont médiatiser sa ville : protection du littoral, extension des espaces verts, recyclage des déchets, création du premier secteur piétonnier de France en 1975, sans oublier les fameux « vélos jaunes » mis en libre-service en 1976.

    Michel Crépeau compte parmi les fondateurs du Mouvement des radicaux de gauche (MRG), dont il est le candidat à l’élection présidentielle de 1981. Il obtient 2,21 % des voix au premier tour, à l’issue duquel il se désiste en faveur de François Mitterrand. Il sera nommé ministre de l’Environnement dans les deux premiers gouvernements Mauroy.
    En 1983, il devient ministre du Commerce et de l’Artisanat au sein du troisième gouvernement Mauroy, portefeuille auquel s’ajoute le Tourisme l’année suivante, dans le gouvernement de Laurent Fabius. Quand, en février 1986, Robert Badinter est nommé président du Conseil constitutionnel, Michel Crépeau lui succède à la chancellerie, jusqu’aux législatives de mars.

    « J’ai été avocat pendant vingt-huit ans et Garde des Sceaux pendant vingt-huit jours. Si j’ai été le seul ministre de la Justice à ne pas avoir commis d’erreur, c’est parce que je n’en ai pas eu le temps », commentera-t-il avec cet humour gouailleur qui le caractérise.
    Redevenu député en 1986 et en 1988, battu aux législatives de 1993, Michel Crépeau retrouve son siège en 1997 et préside le groupe Radical, Citoyen, Vert (RCV) au sein de la majorité de gauche qui soutient le gouvernement de Lionel Jospin. Il reste ainsi fidèle au double engagement qui a dominé sa carrière politique : le radicalisme et l’union de la gauche.

    Victime d'une crise cardiaque à l'Assemblée nationale

    Le 23 mars 1999, alors qu’il vient d’interroger le Gouvernement sur l’épargne populaire, il est victime d’une crise cardiaque en séance. Ranimé sur place, il s’éteint une semaine plus tard, le 30 mars 1999 à Paris.
    Le surlendemain, à La Rochelle, près de dix mille personnes assistent à ses obsèques.

     

    « Maxime BonoLe quartier de Tasdon »

  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Juin 2015 à 16:21

    j'ai connu l'époque de Michel Crépeau mes parents habitaient Laleu La Rochelle

    bon après-midi amitié

    2
    Mardi 30 Juin 2015 à 17:18

    Salut Anastasia !

    merci de ton com's

    pas trop chaud ? tongue

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :